Comité consultatif de lutte
contre la pauvreté et l'exclusion sociale

Bulletin n°8 - Août 2013

La participation des personnes en situation de pauvreté aux
décisions qui les concernent : un modèle inspirant

Séparation.

Pourtant, le savoir issu de l’expérience des personnes en situation de pauvreté permet de mieux comprendre leur réalité quotidienne et leurs besoins. Il dépasse largement leur situation personnelle et englobe souvent une lecture éclairante de plusieurs enjeux de société. La reconnaissance de la compétence et de l’expérience des personnes en situation de pauvreté et de la pertinence de leur contribution est primordiale, car elle permet de mesurer adéquatement tous les effets d’une décision.

La participation des personnes en situation de pauvreté donne une meilleure connaissance des causes et des effets de la pauvreté, car elle apporte une perception de l’expérience du manque et de la précarité que seules des personnes directement touchées peuvent avoir. Il s’agit alors de chercher avec elles les causes du problème et ses solutions, de décider avec elles des moyens et de les concevoir ensemble.

Évidemment, il ne suffit pas d’être à l’écoute des personnes. Il faut aussi tenir compte de leurs propos et des retombées mesurables doivent être constatées. Cette participation doit influencer le processus. Si elles ont l’impression que les enjeux sont mineurs ou que les décisions sont déjà prises, les personnes risquent de se désengager ou de rester indifférentes aux résultats obtenus. Le lien de confiance doit être maintenu en tout temps. De plus, il est souhaitable que la participation et la mobilisation des compétences soient suscitées dès le début de la démarche chez les personnes en situation de pauvreté afin qu’elles souhaitent y contribuer.

L’expérience du Comité consultatif de lutte contre la pauvreté et l’exclusion sociale

Des trois valeurs centrales que s’est données le Comité pour appuyer son action, deux valeurs touchent directement la prise en compte du point de vue des personnes en situation de pauvreté, soit la participation et la confiance. La première s’enracine dans la conviction que la participation des personnes directement touchées par la pauvreté et l’exclusion sociale contribue au développement d’approches plus cohérentes et tenant compte de leur statut de citoyens et citoyennes à part entière. Par la seconde valeur, le Comité affirme sa confiance dans la volonté des personnes en situation de pauvreté et d’exclusion sociale d’être les premières à agir pour transformer leur situation et celle de leurs proches.

Le Comité consultatif bénéficie depuis sa mise sur pied de la présence en son sein d’organismes qui travaillent auprès des personnes en situation de pauvreté, mais également de personnes elles-mêmes en situation de pauvreté. La Loi visant à lutter contre la pauvreté et l’exclusion sociale4 prévoit que, parmi les 15 membres nommés après consultation, trois doivent être des personnes auprès desquelles œuvrent des organismes ou des groupes actifs en matière de lutte contre la pauvreté et l’exclusion sociale.


4. L.R.Q., c. L-7.

Séparation.