Comité consultatif de lutte
contre la pauvreté et l'exclusion sociale

Bulletin n°11 - Août 2014

Le droit à l'emploi pour les personnes avec incapacité

Séparation.

On constate également que ces progrès ne se sont pas pleinement reflétés sur l’accès des personnes handicapées au marché du travail, comme le démontre le tableau qui suit :

Taux d'emploi, selon le niveau de scolarité (2006)8
  Avec incapacité (%) Sans incapacité (%)
Sans diplôme d'études secondaires 25,9 49,1
Avec diplôme d'études secondaires 38,2 69,6
Avec diplôme d'une école de métiers 46,5 81,5
Avec diplôme d'études collégiales 54,7 80,3
Avec diplôme d'études universitaires 57,4 82,1

Enfin, il faudrait s’assurer que la formation continue est adaptée et accessible aux personnes handicapées. En outre, toujours dans l’objectif de favoriser leur scolarisation, le système des prêts et bourses devrait être modifié, afin que la définition de déficience fonctionnelle majeure dans le Règlement sur l’aide financière aux études inclue les troubles graves de santé mentale.


8. COMITÉ D’ADAPTATION DE LA MAIN-D’ŒUVRE POUR PERSONNES HANDICAPÉES, op. cit., p. 7.

L’accès aux mesures d’aide à l’emploi

Emploi-Québec affirme le droit des personnes handicapées d’avoir accès à son offre de services régulière. Encore trop souvent, on a tendance à diriger immédiatement ces dernières vers des services spécialisés. Par contre, cet accès aux services réguliers ne doit pas empêcher l’accès à des services spécialisés pour les personnes qui en ont besoin, et ce, dans l’ensemble des régions du Québec. À ce chapitre, il y aurait lieu d’améliorer l’uniformité de l’accessibilité d’un centre local d’emploi à l’autre.

Selon les consultations menées par le Comité consultatif, il apparaît que la mesure Contrat d’intégration au travail est très efficace pour soutenir les personnes avec incapacité dans leur intégration en emploi. Par contre, les budgets devraient être augmentés. Pour plusieurs, la subvention doit être accordée à long terme, ce qui empêche d’accepter de nouvelles personnes qui en auraient besoin.

Les entreprises adaptées sont un autre bon moyen d’intégration, mais il faudrait continuer de s’assurer que les conditions de travail dans ces entreprises permettent aux personnes handicapées d’y progresser et d’occuper des postes mieux rémunérés qui sont parfois occupés par des personnes sans handicap.

Séparation.