Comité consultatif de lutte
contre la pauvreté et l'exclusion sociale

Bulletin n°9 - Février 2014

Hausses tarifaires et augmentation du coût de la vie :
des obstacles à la lutte contre la pauvreté et l'exclusion sociale

Séparation.

Parmi les autres dépenses dites essentielles, mentionnons que le coût du loyer moyen pour un studio était de 556 $ en avril 2013 au Québec5. Pour le panier d’épicerie, un sondage de la firme Ipsos Reid de mai 20136 nous apprenait que la dépense alimentaire mensuelle moyenne par foyer au Québec était de 448 $. Ces deux seuls postes budgétaires nous permettent de constater qu’il est notamment impossible à une personne seule prestataire du Programme d’aide sociale de combler ses besoins de base avec un revenu disponible en 2013 d’un peu plus de 700 $ par mois.


5. SCHL, Rapport sur le marché locatif. Faits saillants – Québec, printemps 2013. Seuls les immeubles d’initiative privée qui comptent au moins trois logements locatifs sont inclus.

6. La Presse canadienne. (16 mai 2013). Prix plus élevé des aliments : les Canadiens comparent davantage. La Presse. Tiré de http://www.lapresse.ca/vivre/gourmand/cuisine/201305/16/01-4651687-prix-plus-eleve-des-aliments-les-canadiens-comparent-davantage.php

On voit que le coût de la plupart des biens de base pèse lourd sur le budget de plusieurs personnes en situation de pauvreté, la part de leur revenu consacrée à ces dépenses augmentant continuellement. Face à des revenus déjà insuffisants, il faut reconnaître que la situation de plusieurs personnes se dégrade d’année en année au lieu de s’améliorer. Il importe donc de s’assurer que le montant des prestations et des mesures compensatoires (indexation des prestations, crédit d’impôt pour la solidarité, etc.) soit modulé selon l’augmentation du coût des besoins de base : logement, nourriture, habillement, transport, etc.

Des recommandations pertinentes pour pallier aux hausses tarifaires

Quelques recommandations formulées dans l’avis sur les hausses tarifaires de 2007 sont maintenant mises en application. Mentionnons par exemple le crédit d’impôt pour la solidarité et la pleine indexation de l’aide financière de dernier recours pour l’ensemble des prestataires.

Séparation.