Comité consultatif de lutte
contre la pauvreté et l'exclusion sociale

Bulletin n°3 - Mai 2012

Vivre à l'assistance sociale

Séparation.

Il est difficile pour plusieurs de parvenir à améliorer leur sort, car, bien souvent, les seuls emplois qui leur sont accessibles sont précaires et peu rémunérés. De plus, l’augmentation du nombre d’heures travaillées n’est pas toujours synonyme d’une amélioration des conditions de vie. En effet, après un premier montant de revenu de travail permis sans réduction2, au fur et à mesure que leur revenu croît, la prestation est amputée d’un montant équivalent. Cette situation fait en sorte que ces personnes sont souvent privées de la possibilité d’améliorer leur sort de façon significative en travaillant plus.

Un revenu pour vivre

Une aide financière trop faible permet à peine de survivre, et elle ne permet certainement pas aux personnes de sortir de l’exclusion. Il ne faut pas omettre non plus que les nombreux problèmes de santé qu’ont souvent ces personnes sont causés par une alimentation inadéquate et un état de stress permanent. Bon nombre d‘entre elles, reconnues comme ayant des contraintes sévères à l’emploi, le sont devenues pendant qu’elles recevaient des prestations d’aide sociale, ce qui illustre à quel point cette situation finit par détériorer la santé.


2. Par exemple, 200 $ par mois pour un adulte prestataire sans contraintes à l’emploi, et 100 $ pour un adulte avec contraintes sévères à l’emploi.

Une personne seule sans contraintes à l’emploi, prestataire de l’aide sociale, dispose d’un revenu annuel de moins de 8 000 $, soit quelque 4 000 $ de moins que ce qui est requis pour se loger, se nourrir, se vêtir, se déplacer et pour couvrir minimalement ses soins personnels et ses besoins en médicaments sans ordonnance. L’insuffisance de l’aide financière empêche également une recherche efficace d’emploi, car elle ne permet pas de faire face aux dépenses liées à une intégration sur le marché du travail, notamment pour le transport, l’habillement, les repas à l’extérieur de la maison, et les frais de garde d’enfants.

Séparation.