Comité consultatif de lutte
contre la pauvreté et l'exclusion sociale

Bulletin n°7 - Mai 2013

L'emploi pour lutter contre la pauvreté : Les défis à relever
Améliorer la qualité des emplois

Séparation.

  • Entre 1997 et 2011, l’emploi permanent a crû de 25 %, alors que l’emploi temporaire augmentait de 47 %. Pour sa part, l’emploi à temps plein a augmenté de 23 % au cours de la même période, par comparaison avec 34 % pour l’emploi à temps partiel.
  • Plus de femmes que d’hommes occupent un emploi atypique. Par exemple, les deux tiers des personnes qui occupent un emploi à temps partiel sont des femmes. Par ailleurs, toujours entre 1997 et 2011, le nombre d’hommes exerçant plus d’un emploi a augmenté de quelque 47 %, alors que le nombre a presque doublé chez les femmes.
  • Le fait d’occuper un emploi atypique n’entraîne pas nécessairement une situation précaire. Pour plusieurs, il s’agit d’un choix et, dans certains secteurs, la rémunération peut être bonne. Le problème se situe plutôt sur le plan du déficit de protection des travailleuses et travailleurs : disparités des salaires, manque d’accès à des assurances collectives, à des régimes de retraite, peu d’accès à de la formation en cours d’emploi, difficulté à avoir droit à des prestations d’assurance-emploi, peu d’accès à la syndicalisation, etc.
  • La faible scolarité est le premier obstacle à l’intégration, au maintien et à la progression en emploi. Le risque de chômage est très lié au niveau de scolarité, plus particulièrement quand la personne n’a pas terminé son secondaire. Pour les femmes moins scolarisées, la situation est pire que pour les hommes. Par ailleurs, il n’y a pas suffisamment de formation en entreprise et les employeurs hésitent à former les travailleuses et travailleurs dont le statut est précaire ainsi que les personnes moins qualifiées.
  • Plusieurs groupes de population peinent à se tailler une place et à se maintenir sur le marché du travail. Pensons aux Autochtones, aux personnes nouvellement arrivées, aux minorités visibles, aux personnes handicapées, aux jeunes et aux travailleuses et travailleurs plus âgés. En général, pour ces groupes de population, les taux de chômage sont plus élevés que la moyenne, et les revenus, plus faibles. À l’intérieur de ces groupes, les femmes vivent généralement dans une précarité accrue.


Séparation.