Comité consultatif de lutte
contre la pauvreté et l'exclusion sociale

Bulletin n°14 - Mai 2015

Les mesures d'aide à l'emploi et le droit au travail :
les deux faces d'une même médaille

Séparation.

Il est couramment admis que l’emploi demeure le meilleur moyen de sortir de la pauvreté. Pour ce faire, il faut par contre que toutes les personnes qui le peuvent aient accès à un emploi offrant des conditions de travail et un revenu décents.

Le travail est un droit

Le droit au travail est reconnu par divers traités internationaux dont le Québec est signataire. Selon la Commission des droits de la personne et des droits de la jeunesse du Québec, « le droit au travail ne signifie pas le droit d’occuper ou d’exiger un emploi, mais plutôt celui d’avoir accès à un ensemble de mesures et de programmes favorisant, notamment, le plus haut niveau d’emploi, l’accès à un emploi et la réinsertion professionnelle, par exemple en cas de chômage ou de licenciement1».


1. Me Pierre BOSSET, Me Michel COUTU, Muriel GARON et François FOURNIER, « Après 25 ans – La Charte québécoise des droits et libertés, Volume 1 – Bilan et recommandations, Commission des droits de la personne et des droits de la jeunesse », 2003, p. 29.

Malheureusement, plusieurs obstacles empêchent la réalisation de ce droit, notamment, la précarité de l’emploi pour un nombre important de travailleuses et de travailleurs et le fait que plusieurs n’ont pas accès aux mesures nécessaires à leur intégration au marché du travail.

Le droit au travail est également dénié par la rareté des emplois correspondant aux caractéristiques des personnes sans emploi, par la discrimination, la sous-qualification d’un nombre important de personnes en emploi ou sans emploi, des exigences d’embauche parfois excessives, la non-reconnaissance de l’expérience professionnelle et de diplômes acquis à l’étranger, l’absence ou l’insuffisance de services connexes (transport, garderies, etc.) et, pour certaines personnes, un revenu disponible si faible qu’il constitue en soi un obstacle à l’intégration.

En dépit des nombreux obstacles systémiques, on a tendance à rejeter sur le dos des individus la seule responsabilité de leur intégration en emploi.

Séparation.