Comité consultatif de lutte
contre la pauvreté et l'exclusion sociale

Bulletin n°22 – Mai 2017
ISSN 2371-4069 (En ligne)

Une augmentation substantielle du salaire minimum :
un véritable moyen de lutter contre la pauvreté

Séparation.

Une récente étude de l'IRIS7 démontre que l'augmentation du salaire minimum à 15 $ l'heure générerait des gains de l'ordre de 1,2 G$ à 1,7 G$ pour les gouvernements provincial et fédéral, compte tenu des baisses des transferts sociaux et de la hausse des entrées fiscales (impôts et taxes de vente). Grâce à ces gains, le gouvernement pourrait mettre en œuvre des politiques ciblées pour les groupes de population qui seraient touchés par les effets négatifs pouvant être occasionnés par les hausses.

Un ancrage dans l'esprit de la Loi visant à lutter contre la pauvreté et l'exclusion sociale

Afin de favoriser l'accès à un emploi et de valoriser le travail, la Loi visant à lutter contre la pauvreté et l'exclusion sociale invite le gouvernement, ses partenaires du marché du travail et les organismes communautaires à se concerter, notamment afin d’améliorer la qualité des emplois, de façon que les personnes qui travaillent puissent disposer d'un revenu permettant un niveau de vie décent, prenant en compte les revenus de l'ensemble des travailleuses et travailleurs québécois. La hausse du salaire minimum devient donc un moyen de concrétiser une des cinq orientations de la Stratégie nationale de lutte contre la pauvreté et l'exclusion sociale. Rappelons que, pour le Canada, Statistique Canada a démontré en 20148 que, en dollars constants, le salaire minimum de 2013 était à peu de choses près au même niveau que celui de la fin des années 1970, alors que le PIB a plus que doublé pendant cette même période. Il serait donc possible de mieux tenir compte de la progression de la richesse collective pour bonifier davantage le salaire minimum.

Conclusion

Le salaire minimum a connu des augmentations substantielles certaines années pour revenir à des augmentations plus faibles par la suite. La hausse annoncée pour mai 2017 est de 0,50 $. À ce moment-là, le salaire minimum sera de 47 % du salaire moyen. Le gouvernement a fait part de son intention de porter graduellement le salaire minimum à 50 % du salaire moyen, soit 12,45 $ en 2020, si la situation économique le permet. Hausser le salaire minimum à ce niveau est une cible qui aurait pu être atteinte plus rapidement et aurait été un signal clair de la volonté de l'augmenter à 15 $ dans un horizon plus rapproché.

Collectivement plus riches de moins de pauvreté, nous serons mieux...


7. Mathieu DUFOUR et Pierre-Antoine HARVEY, « Salaire minimum et revenus gouvernementaux » Note socioéconomique, [s. l.], IRIS, avril 2017, 13 pages.
8. Eric FECTEAU et Diane GALARNEAU, « Les hauts et les bas du salaire minimum », [s. l.], Statistique Canada, juillet 2014, 13 pages.

Séparation.