Comité consultatif de lutte
contre la pauvreté et l'exclusion sociale

Bulletin n°25 – Novembre 2018
ISSN 2371-4069 (En ligne)

La lutte contre la pauvreté : encore du pain sur la planche

Séparation.

Cela fait maintenant 16 ans que la Loi visant à lutter contre la pauvreté et l'exclusion sociale, la première loi sur le sujet en Amérique, a été adoptée à l'unanimité à l'Assemblée nationale. Il s'agissait d'un pas important dont nous pouvons être fiers collectivement. Mais quels sont les résultats de son application?

Selon les dernières statistiques publiées par le Centre d'étude sur la pauvreté et l'exclusion sociale1, 10,8 % de la population du Québec vivait en 2002, année de l'adoption de la Loi, sous le seuil de faible revenu défini par la Mesure du panier de consommation. En 2016, il s'agissait de 8,6 % de la population. On note donc une certaine amélioration.

Ces chiffres cachent des avancées bien réelles pour certains groupes de population, mais aussi des problèmes criants qui demeurent pour d'autres groupes, qui n'ont pas ou ont très peu profité des progrès réalisés au cours de cette période. On sait par exemple que, grâce aux mesures de soutien aux enfants, la situation économique des familles s'est améliorée. On sait aussi par contre que celle des personnes seules de moins de 65 ans a plutôt stagné, celle des femmes de moins de 65 ans s'étant améliorée (35 % en 2002 et 29,5 % en 2016), et celle des hommes de ce groupe d'âge s'étant par contre détériorée (24,5 % en 2002 et 30,1 % en 2016)2.


1. CENTRE D'ÉTUDE SUR LA PAUVRETÉ ET L'EXCLUSION, « Taux de faible revenu d'après la Mesure du panier de consommation (MPC, base 2011), pour les personnes et les personnes dans des unités familiales, selon l'âge, le sexe et le type d'unité familiale, Québec, 2002-2016 ». [https://www.mtess.gouv.qc.ca/publications/pdf/CEPE_MPC_faible_revenu_2002-2016.pdf].
2. Étant donné la faible taille de l'échantillon, il s'agit de sous-catégories où la variabilité peut être forte d'une année à l’autre.

Séparation.