Comité consultatif de lutte
contre la pauvreté et l'exclusion sociale

Bulletin n°5 - Novembre 2012

La lutte contre la pauvreté :
un incontournable du développement durable

Séparation.

Parmi les décisions prises aujourd’hui qui auront un effet sur la capacité des générations futures à répondre à leurs besoins, retenons premièrement une approche d’avenir dans le domaine du transport collectif appelée Transit Oriented Development5 ou TOD. Lorsque cette approche est utilisée, un embourgeoisement6 est souvent observé. Le Comité, conscient des avantages d’un tel aménagement urbain pour un développement durable, estime important qu’une part du développement résidentiel de ces secteurs soit réservée au logement social afin que les personnes en situation de pauvreté puissent également bénéficier de ce type d’urbanisation.7


5. Développement urbain orienté vers le transport collectif qui vise un développement de haute densité, à vocation résidentielle et commerciale, axé autour d’une infrastructure de transport (train ou métro) où l’aménagement favorise les déplacements autres que l’automobile.
6. Le Comité fait ici référence au concept de « gentrification », anglicisme désignant la transformation du profil économique et social d’un quartier vers une couche sociale mieux nantie.
7. La population vieillissante et les personnes handicapées ont également besoin d’aménagements, notamment en terme de transport collectif afin de réduire le réseau parallèle de transport adapté, de développement de logements adaptés et d’amélioration de l’accès aux édifices.

La question de l’aménagement du territoire est actuellement à la croisée des chemins. En effet, elle a fait l’objet de consultations diverses dans le cadre des travaux sur le projet de loi no 47, Loi sur l’aménagement durable du territoire et l’urbanisme. Les décisions à prendre sur l’organisation du territoire, le développement et l’exploitation de nos richesses vont structurer le Québec pour les prochaines décennies et auront des conséquences sur la préservation de nos ressources naturelles, dont l’eau, les forêts et les zones agricoles, avec des incidences certaines sur l’accès à l’alimentation et la sécurité alimentaire. Il est primordial que la prévention et la réduction des inégalités sociales et économiques soient prises en compte dans ces discussions.

De plus, les stratégies d’aménagement du territoire devraient comporter systématiquement des mesures d’inclusion sociale. Dans ce domaine, l’aspect social est parfois évacué au nom du respect de l’environnement. Prenons pour exemple le développement du transport en commun dans les quartiers où il y a plus de voitures, qui sont également des quartiers plus riches. Il faudrait assurer également le développement du transport en commun dans les quartiers moins nantis afin d’améliorer la mobilité des personnes en situation de pauvreté.

Séparation.