Comité consultatif de lutte
contre la pauvreté et l'exclusion sociale

Bulletin n°12 - Novembre 2014

Les préjugés – Démêler le vrai du faux

Séparation.

Préjuger, c’est juger sans connaître, c’est généraliser certaines caractéristiques à l’ensemble d’un groupe, c’est rendre un verdict sans examiner la situation réelle. Les préjugés font extrêmement mal aux personnes en situation de pauvreté. Ceux qui visent les prestataires de l’aide sociale sont parmi les plus répandus et les plus pernicieux. Ils les empêchent d’être reconnus comme citoyennes et citoyens à part entière, avec tous les droits que cela comporte. Par ailleurs, ces jugements « a priori » déplacent vers les personnes les plus vulnérables la responsabilité de difficultés qui sont en fait des problèmes sociaux, et non individuels.

Les préjugés prennent bien souvent le pas sur le bon sens, la solidarité et, surtout, la réalité. Les prestataires de l’aide sociale sont des cibles de choix pour toutes sortes de jugements du genre. Par exemple, le ton d’un article paru dans La Presse du vendredi 3 octobre 20141 laissait entendre que plusieurs prestataires de l’aide sociale vivent en réalité dans le Sud, ne venant au Québec que pour percevoir leur chèque.


1. Denis LESSARD, « Des coupes à l’aide sociale », La Presse, 3 octobre 2014, p. A2.

On entend souvent des remarques comme « les assistés sociaux sont incompétents, irresponsables et sans dessein. Dès qu’ils reçoivent de l’argent, ils courent au dépanneur chercher leur caisse de bière ou jouer au bingo. On les fait vivre, ils nous coûtent cher, ils sont dépendants. Ce sont des tricheurs, des profiteurs et des fraudeurs2 ». Si, dans les phrases précédentes, on remplaçait l’expression « assistés sociaux » par n’importe quel terme faisant référence à un autre groupe de la population victime de discrimination, par exemple « Noirs » ou « personnes immigrantes », tous s’entendraient pour dire que de telles affirmations sont inacceptables.

Heureusement, de nos jours, exprimer ce type de préjugés n’est plus toléré. Pourquoi cela continue-t-il de l’être quand ils visent les personnes assistées sociales?


2. Ces exemples sont tirés d’un document intitulé « Le B.S. Mythes et réalités, Guide de conscientisation », Marc-André DENIGER, Conseil canadien de développement social et Front commun des personnes assistées sociales, 2012, p. 13.

Séparation.