Comité consultatif de lutte
contre la pauvreté et l'exclusion sociale

Bulletin n°11 - Août 2014

Le droit à l'emploi pour les personnes avec incapacité

Séparation.

Ce bulletin se veut un rappel de certaines propositions présentées dans l’avis du Comité consultatif intitulé « Pour assurer le droit à un travail décent : améliorer la qualité des emplois », 2013.
« De nos jours, l’exclusion en raison d’une incapacité est généralement considérée comme étant la séquelle d’un échec de la société et des employeurs à s’adapter à des niveaux de capacité différents en fournissant des mesures d’adaptation et des soutiens appropriés ainsi qu’en s’attaquant à la discrimination plutôt qu’à la condition médicale de la personne handicapée. […]

Bien que plusieurs de ces obstacles soient également présents au niveau de la communauté, il reste que l’absence d’accès et de soutien au niveau du milieu de travail est de plus en plus pointée du doigt comme étant l’une des principales causes de l’exclusion et de la marginalisation de nombreuses personnes handicapées. […] L’objectif à atteindre devrait donc être de faciliter une inclusion au marché du travail qui soit à la mesure de la volonté et des capacités des personnes handicapées1. »


1. CONGRÈS DU TRAVAIL DU CANADA, Vers l’inclusion des personnes handicapées en milieu de travail, décembre 2008, p. 1.

UN ÉTAT DE SITUATION

Malgré certains progrès, la situation des personnes avec incapacité sur le marché du travail demeure préoccupante. Globalement, les personnes qui ont un handicap y sont défavorisées. Elles vivent plus souvent dans une situation de pauvreté, leur taux d’emploi est plus faible et elles font face à divers obstacles souvent difficiles à surmonter. Cette situation est d’ailleurs reconnue dans la Stratégie nationale pour l’intégration et le maintien en emploi des personnes handicapées, dont s’est doté le Québec en 2008.

Le revenu

La proportion de personnes avec incapacité appartenant à un ménage à faible revenu a diminué de façon importante entre 2001 et 2006, comme pour le reste de la population. Par contre, en 2006, cette proportion était toujours beaucoup plus élevée pour les personnes avec incapacité : 23 %, contre 11 % pour les personnes sans incapacité2.


2. Jocelyne CAMIRAND, et autres, Vivre avec une incapacité au Québec. Un portrait statistique à partir de l’Enquête sur la participation et les limitations d’activités de 2001 et 2006, Institut de la statistique du Québec, 2010, p. 102.

Séparation.