Comité consultatif de lutte
contre la pauvreté et l'exclusion sociale

Bulletin n°19 - Août 2016

La participation citoyenne :
les obstacles et les moyens de la reconnaître

Séparation.

Le bulletin électronique n° 18 a présenté la première partie de l'avis sur la reconnaissance de la participation citoyenne, adopté par le Comité consultatif de lutte contre la pauvreté et l'exclusion sociale à l'automne 20151. On y abordait la vision de la participation citoyenne ciblée par le Comité et ses retombées pour les personnes et les milieux. Le présent bulletin électronique complète la présentation de cet avis et traite des obstacles à la participation citoyenne et des moyens de la reconnaître. D'entrée de jeu, le Comité estime qu’une meilleure reconnaissance de la participation citoyenne permettrait notamment de lutter contre l’exclusion sociale et de valoriser les actions réalisées hors du cadre de l'emploi rémunéré qui ont besoin de plus de visibilité.

Des obstacles à la participation citoyenne

La participation citoyenne rencontre de nombreux obstacles qui doivent être levés. Particulièrement dans le cas des personnes en situation de pauvreté, il est fréquent que des embûches se dressent pour nuire à son exercice. Certains obstacles sont d’ordre personnel, alors que d’autres sont structurels. Les obstacles personnels peuvent être liés entre autres à l’estime de soi, à des limitations fonctionnelles de nature physique ou psychologique, à un passé difficile, à l’isolement ou à la démotivation. On peut agir sur ceux-ci notamment en assurant un accompagnement individuel visant à améliorer l'estime de soi ou en adaptant mieux les lieux, les activités ou les services.

Quant aux obstacles structurels, nommons ici le faible revenu, les coûts liés à la participation, l'accès difficile au transport, les préjugés, le manque d'information ou de reconnaissance et l'absence de lieux pour exercer la participation citoyenne. Parmi ceux-ci, nous retiendrons, à titre d'exemples, le faible revenu, l'accès difficile au transport et les préjugés.

Un faible revenu limite la participation à certaines activités, maintient les personnes dans l'exclusion et laisse peu de place à autre chose que la lutte pour leur survie. Celui-ci se dresse alors comme le principal obstacle à la participation citoyenne. Les personnes ouvertes à la participation citoyenne devraient pouvoir le faire sans que leur situation financière constitue un obstacle. La première condition favorisant la participation citoyenne est donc un revenu qui permet de vivre dignement et qui dépasse la couverture des besoins de base. Le Comité a recommandé, dans son avis sur les cibles de revenu de 20092, l'instauration d’un régime intégré de soutien du revenu qui pourrait contribuer grandement à favoriser la participation citoyenne de l'ensemble des personnes en situation de pauvreté. Aux yeux du Comité, la pauvreté constitue un gaspillage humain qui prive la société des talents et de l’énergie de ceux qu'elle met en marge.


1. COMITÉ CONSULTATIF DE LUTTE CONTRE LA PAUVRETÉ ET L’EXCLUSION SOCIALE. « Avis : L’emploi pour lutter contre la pauvreté : les défis à relever : Au-delà de l'emploi, reconnaître la participation citoyenne et le droit à la dignité », 2015, 51 p.
2. COMITÉ CONSULTATIF DE LUTTE CONTRE LA PAUVRETÉ ET L’EXCLUSION SOCIALE. « Améliorer le revenu des personnes et des familles… Le choix d’un meilleur avenir », 2009, 47 p.

Séparation.