Comité consultatif de lutte
contre la pauvreté et l'exclusion sociale

Bulletin n°19 - Août 2016

La participation citoyenne :
les obstacles et les moyens de la reconnaître

Séparation.

Le transport constitue quant à lui un défi constant, tant pour les organismes que pour les personnes. Il s'agit d'un besoin qui détermine la réalisation de plusieurs aspirations, dont celles de s'impliquer socialement et de sentir que l'on contribue à sa communauté. Les personnes qui vivent en milieu urbain souhaitent notamment une meilleure tarification du transport en commun, tandis que celles en milieu rural ont besoin de modes de transport alternatifs abordables ou d’un revenu permettant de se payer une voiture, ce que prévoit la cible de revenu basée sur la mesure du panier de consommation proposée par le Comité consultatif3.

Le troisième exemple concerne les préjugés. Ceux-ci représentent un obstacle qui prend plusieurs formes selon les divers groupes, mais qui trouve toujours racine dans la méconnaissance et dans l'intégration souvent inconsciente d'idéologies entretenues collectivement. Que ce soit pour les autochtones, les jeunes, les personnes handicapées, immigrantes, âgées, itinérantes ou celles en situation de pauvreté, les préjugés nuisent tant à l'insertion professionnelle, qu'à la participation citoyenne. Ils doivent être combattus pour une meilleure participation citoyenne, celle ci faisant d'ailleurs partie du chemin pour vaincre les préjugés. Un changement des mentalités et une meilleure sensibilisation aux réalités des différents groupes sont nécessaires pour accroître la reconnaissance de la valeur accordée aux autres formes de contribution sociale que l'emploi.

Le Comité croit que les obstacles qui nuisent à la participation citoyenne doivent être levés, particulièrement dans le cas des personnes en situation de pauvreté. Toutefois, les actions ne doivent pas être trop individualisées, car les personnes veulent aussi garder l'initiative et se disent prêtes à s'adapter à plusieurs contraintes liées à l'engagement. Dans les limites que leur impose leur situation particulière, beaucoup d'entre elles s'impliquent contrairement à ce qu'en pense la société en général.

Reconnaître la participation citoyenne

La reconnaissance de la participation citoyenne peut se réaliser sur deux plans : reconnaître les citoyennes et les citoyens qui y contribuent et ses retombées pour la collectivité, et reconnaître les compétences et l'expérience qui y sont acquises.


3. Ibid., page 25.

Séparation.