Comité consultatif de lutte
contre la pauvreté et l'exclusion sociale

Bulletin n°10 - Mai 2014

Vivre seul en situation de pauvreté

Séparation.

En 2010, le Comité consultatif publiait un avis portant sur les répercussions du fait de vieillir seul sur la pauvreté et l’exclusion sociale. Comme pour les bulletins antérieurs, le présent numéro se veut un rappel des principaux constats et recommandations alors émis par le Comité. La question de la pauvreté chez les personnes seules est urgente à régler. Comme le démontrent les récentes statistiques sur les taux de faible revenu selon la mesure du panier de consommation, leur situation continue de se détériorer. En ce sens, la bonification annoncée récemment aux prestations d’aide sociale pour les personnes seules sans contraintes à l’emploi est certes bienvenue; elle démontre une reconnaissance des difficultés vécues par ces personnes et une volonté de leur venir en aide. Mais il reste encore des pas à faire pour atteindre le revenu minimal requis pour que les personnes puissent couvrir leurs besoins de base.

Gontran1 est une personne seule, prestataire de l’aide sociale. Son revenu mensuel disponible est d’à peine un peu plus de 700 $2. Il paie assidûment son loyer de 350 $. Son appartement n’est pas chauffé et est mal isolé. Gontran acquitte une facture d’électricité de 40 $ par mois en se chauffant au minimum. Il dort avec sa tuque l’hiver.

1. Nom fictif, témoignage lors d’une audition du Comité consultatif devant la Commission de l’économie et du travail, à l’Assemblée nationale, le 1er février 2012.
2. En 2013.

Il paie 30 $ pour le téléphone et le service 911. Il lui reste environ 280 $ par mois pour tout le reste.

Gontran n’a pas de sécheuse ni le câble ou de coupole. Il n’a pas les moyens d’être branché à Internet. Il a dû débourser 70 $ pour convertir son téléviseur au signal numérique. Il n’a pas le choix : s’il veut se rendre à la fin du mois, il doit courir les aubaines pour se procurer les aliments de subsistance et se contenter du strict nécessaire. Les aliments de base ne sont jamais soldés. Les prix du pain et du lait sont en augmentation constante.

Vivre seul : une situation de plus en plus répandue et souvent précaire

Au Québec, comme dans plusieurs autres sociétés, de plus en plus de personnes vivent seules. Il est certain que les personnes seules sont plus exposées à vivre une situation de pauvreté et sont plus à risque également que cette situation perdure, et même s’aggrave. Le fait de vivre seul, combiné à certaines autres caractéristiques (par exemple, la présence d’un handicap ou d’une maladie, la perte d’emploi, etc.), peut augmenter ce risque. En effet, sur qui peut-on compter dans de telles circonstances lorsque l’on vit seul? Pour les personnes vieillissantes, il devient de plus en plus difficile de se sortir de cette trappe de pauvreté qui accentue davantage le risque d’exclusion sociale.

Séparation.